Accueil > News > Nous sommes tous des prisonniers du 6 mai !

Nous sommes tous des prisonniers du 6 mai !

Image

Le dimanche 5 mai, près de la fontaine Stravinsky à Paris s’est tenu un meeting de solidarité avec les prisonniers politiques russes, en particulier avec ceux qui sont emprisonnés dans le cadre de « l’affaire de la Place Bolotnaya », soit une trentaine de personne (28 exactement) arrêtées et inculpées pour violence et troubles à l’ordre public… lors d’une manifestation pacifiste où les forces de l’ordre ont joué le rôle de provocateurs.

La manifestation était organisée par l’UERF, l’une des organisations créées en France à la suite de la vague de protestations suscitée par le trucage des élections de l’année 2012 en Russie. L’aide aux détenus et réfugiés politiques de Russie est l’une de nos lignes d’action principale. L’association Russie Liberté, connue pour son soutien au groupe Pussy Riot et aux autres détenus politiques russe, nous a apporté une aide précieuse dans l’organisation de cette manifestation. Parmi les participants il y avait des militants de l’UERF et de Russie-Liberté, des antifascistes français, des représentants de la section française d’Amnesty International, plusieurs étudiants français et russes ainsi que leurs enseignants.

Le meeting a commencé par un rappel des évènements de la Place Bolotnaya le 6 mai 2012 et des arrestations de manifestants qui ont suivi. Nous avons évoqué les persécutions policières, les arrestations sur la bases de preuves falsifiées, les conditions inhumaines de détention dans les prisons russes et l’utilisation répressive des traitements psychiatriques.  Nous avons montré en quoi les méthodes du FSB aujourd’hui sont directement héritées de celles du KGB.

Image

Nos activistes ont également parlé au public rassemblé des persécutions des antifascistes en Russie, où le mouvement antifasciste a littéralement été mis hors -la-loi. Olga Nikolaeva, représentante de Russie-Liberté a évoqué la situation de Nadejda Tolokonnikova et de Maria Alekhina, du groupe Pussy Riot, qui sont actuellement détenues et privées arbitrairement du droit à une libération anticipée. Il a également été question du processus d’élimination progressive des Organisations Non-Gouvernementales et des Associations de Défense des Droits de l’Homme, comme Memorial, Golos, Agora, la section russe d’Amnesty International et nombres d’autres, qui ont été désignées comme « Agents de l’étranger » et qui sont soumises à des perquisitions et des vérifications incessantes visant à paralyser leur action.

Image

Zara Mourtazalieva s’est jointe à nous, elle a parlé des huit ans qu’elle a passés dans un camp, condamnée pour l’organisation d’un acte terroriste sur la base d’un dossier d’instruction fabriqué de toutes pièces et a rappelé combien est important pour les prisonniers le soutien et les manifestations de solidarités de la part des personnes restées en liberté.

Image

Nous avons demandé à l’opinion publique de prendre clairement le parti pour des réfugiés politiques russes, afin que des tragédies à l’image du suicide aux Pays-Bas d’Alexandre Dolmatov ne puissent jamais se reproduire.

Tous les participants ont scandé nos slogans « Libérez les prisonniers politiques! », « Libérez les antifascistes! », « Libérez les prisonniers du 6 mai! »

Image

La manifestation s’est déroulée sur un tempo dynamique, et il est particulièrement positif que cette action ait réuni des activistes de nos deux associations qui travaillaient jusqu’à présent en parallèle. Cela nous donne l’espoir que la lutte pour la libération des détenus politiques et le retour des libertés civiques en Russie sauront réunir enfin les différentes composantes de l’opposition au régime de Poutine aussi bien en Russie qu’au delà de ses frontières.

Image

https://uerf.wordpress.com/

Publicités
Catégories :News
%d blogueurs aiment cette page :