Accueil > News > La mort d’Alexandre Dolmatov, victime du régime policier en Russie et des autorités des Pays Bas. Déclaration de l’UERF.

La mort d’Alexandre Dolmatov, victime du régime policier en Russie et des autorités des Pays Bas. Déclaration de l’UERF.

18 janvier 2013

Nous, l’Union des électeurs russes et des partisans de la démocratie en Russie (France), nous exprimons notre indignation devant la violation flagrante de la Convention de Genève relative aux réfugiés dont se sont rendues coupables les autorités des Pays Bas.

Dolmatov_RIP_02

Le principe de non-refoulement est un point essentiel de la Convention de Genève relative aux réfugiés (article 33). Ce principe interdit l’expulsion et le renvoi d’une personne dans des États « où sa vie ou sa liberté serait menacé en raison de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques. » Ce principe protège aussi bien les réfugiés reconnus comme tels que les requérants d’asile. Le principe de non-refoulement est entretemps devenu partie intégrante du droit international public en usage et, ainsi, tous les États y sont soumis.

Aujourd’hui un jeune homme qui remplissait toutes les conditions pour obtenir le statut de réfugié politique, Alexandre DOLMATOV, s’est donné la mort dans un centre de rétention de Rotterdam, après avoir appris que sa demande d’asile politique avait été rejetée. La déportation lui a été proposée dans un délai de deux semaines.

Cet homme, forcé d’abandonner la Russie en raison des poursuites policières que lui valait son appartenance à un groupe d’opposition, l’AUTRE RUSSIE, n’avait que cet espoir d’être accueilli dans votre pays. Sa famille, après son départ, a également subi des tentatives d’intimidation et des perquisitions injustifiées.

Alexandre DOLMATOV savait que s’il était déporté en Russie, c’étaient un simulacre de procès et de longues années de prison qui l’attendaient, et peut-être la torture et la mort, comme pour d’autres avant lui.

Son dossier, défendu par un avocat fourni par une organisation internationale des droits des réfugiés, devait être rejugé en appel. Malgré cela, la pression psychologique s’est accentuée durant le mois précédent sa mort. Il a été transféré dans un centre de rétention réservé aux personnes en attente de déportation. Fragilisé par l’attente interminable et la peur de l’emprisonnement au retour en Russie, Alexandre Dolmatov a préféré la mort.

Nous considérons que le traitement inhumain et négligent du dossier d’Alexandre Dolmatov est la cause directe de son suicide.

Il est temps que les Etats européens se rendent compte que les persécutions politiques en Russie ne sont pas une légende mais la dure réalité.

Les droits de l’homme dans le monde ne seront respectés que si tous les pays participent à leur protection.

Nous protestons contre ce qui s’est passé à Rotterdam et exigeons du gouvernement hollandais des explications sur le sort d’Alexandre Dolmatov.

Nous appelons les gouvernements et les citoyens des pays européens à soutenir le mouvement contestataire russe dans sa lutte contre le régime de plus en plus répressif et dictatorial de Vladimir Poutine.

Conseil de coordination de l’Union des électeurs russes et des partisans de la démocratie en Russie

http://www.uerf.wordpress.com
electeurs.russes@gmail.com

Publicités
Catégories :News
%d blogueurs aiment cette page :